Des représentants du gouvernement parlent à de vrais producteurs lors d’une tournée des exploitations agricoles de la région d’Ottawa sur la protection des cultures

The group takes shelter during a brief period of rain during CHC’s informative crop protection tour. Photo credit: D. Folkerson (CHC)
Le groupe s’abrite durant une courte période de pluie lors de la tournée d’information du CCH sur la protection des cultures. Photo : D. Folkerson (CCH)

Le Conseil canadien de l’horticulture (CCH) a accueilli récemment des représentants du gouvernement et de l’industrie dans le cadre d’une tournée de trois exploitations agricoles dans la région d’Ottawa. Les participants à la tournée ont observé les pratiques de protection des cultures sur les exploitations agricoles et ont discuté des enjeux prioritaires avec de véritables agriculteurs. Des employés de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, du Centre de la lutte antiparasitaire, de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et d’Agriculture et Agroalimentaire Canada y ont participé au nom du gouvernement. De l’industrie, le CCH a accueilli des représentants de l’Ontario Fruit and Vegetable Growers et de Flowers Canada.

Le défi de produire des aliments de qualité

La tournée s’est d’abord arrêtée à la Ferme Dentz Orchard and Berry où ses participants ont découvert les luttes de l’exploitation agricole avec la perte d’aliments. Calvin Dentz, qui est le propriétaire de l’exploitation agricole et qui l’exploite avec son frère Paul a indiqué qu’avec un programme intégré de lutte antiparasitaire en place, la Ferme Dentz est confrontée au défi de produire des tomates de plein champ du type de qualité demandé par ses acheteurs au détail. En raison des maladies, des dommages causés par les insectes et des imperfections physiques des fruits, l’exploitation agricole connaît des pertes importantes causées par le classement durant une saison de croissance normale. Heureusement, toutefois, en raison de l’utilisation sécuritaire et durable de pesticides, les dommages demeurent sous contrôle. Pour mettre en évidence l’importance de l’utilisation des pesticides, les frères Dentz nous ont montré des plants de tomates qui n’avaient pas été vaporisés et qui étaient subséquemment devenus malades. La différence que la vaporisation a faite est remarquable. Calvin a insisté sur le fait que « la perte de ces outils de protection des cultures constituerait une menace sérieuse à notre capacité de poursuivre nos activités » et a en outre souligné l’impact que la perte des insecticides et des fongicides du groupe M que propose l’ARLA aurait sur les opérations de leur exploitation agricole.

 

Un plant de tomate malade non traité tranche singulièrement avec une toile de fond de plants de tomates traités et en santé. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Un plant de tomate malade non traité tranche singulièrement avec une toile de fond de plants de tomates traités et en santé. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

 

Un participant prend des notes durant la tournée d’information du CCH sur la protection des cultures. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Un participant prend des notes durant la tournée d’information du CCH sur la protection des cultures. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

 

Une participante à la tournée discute de l’utilisation des pesticides et de la perte d’aliments avec Calvin Dentz. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Une participante à la tournée discute de l’utilisation des pesticides et de la perte d’aliments avec Calvin Dentz. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

 

La tournée d’information du CCH sur la protection des cultures s’arrête pour une photo de groupe durant une visite du verger Dentz. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

La tournée d’information du CCH sur la protection des cultures s’arrête pour une photo de groupe durant une visite du verger Dentz. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Bons insectes vs mauvais insectes

Chez SunTech Greenhouses, les participants à la tournée ont constaté la façon dont les agents de lutte biologique (« bons insectes ») sont utilisés pour combattre les ravageurs (« mauvais insectes »). Même si SunTech est une entreprise serricole relativement modeste comparativement à ses contreparties ailleurs au Canada et aux États-Unis, son excellente réputation à desservir le marché est fondée sur la qualité de ses produits et ses excellentes pratiques de culture. En plus des agents de lutte biologique, SunTech utilise également des désinfectants entre les cycles de cultures afin d’éliminer les agents pathogènes et les insectes du milieu de culture.

Chez SunTech Greenhouses, les bons insectes (noirs) sont introduits pour lutter contre les ravageurs (blancs) qui endommagent les plantes. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Chez SunTech Greenhouses, les bons insectes (noirs) sont introduits pour lutter contre les ravageurs (blancs) qui endommagent les plantes. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

 

Bob Mitchell, propriétaire de SunTech Greenhouses, décrit l’utilisation des désinfectants pour nettoyer la serre après la saison de croissance. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Bob Mitchell, propriétaire de SunTech Greenhouses, décrit l’utilisation des désinfectants pour nettoyer la serre après la saison de croissance. Mention de source : D. Folkerson (CCH)

Une exploitation agricole diversifiée offre des aliments de qualité à la région

La Ferme Rideau Pines appartient à la famille Vandenberg qui l’exploite et qui fournit des légumes et des baies de qualité au marché local au moyen de ventes à la ferme, de ventes directes sur les marchés agricoles et de ventes directes aux restaurants. Les participants à la tournée ont observé la diversité des cultures agricoles de l’exploitation agricole qui comporte de nombreux champs de légumes où on faisait la récolte au moment de la tournée. Fait intéressant, les fraises indifférentes étaient tout juste prêtes pour la récolte à la fin d’août.

John Vadenburg, le fondateur de l’exploitation agricole, a mis en relief les défis associés à la gestion des insectes, des maladies et des mauvaises herbes dans une opération polyculture et la nécessité d’une surveillance constante pour dépister une pullulation de ravageurs. Il a également discuté de l’importance de choisir le bon pesticide de façon à pouvoir planifier le retour des travailleurs dans les cultures après l’application de pesticides selon les intervalles de retour indiqués sur l’étiquette. John a souligné qu’il a été difficile de lutter contre les mauvaises herbes cette année parce qu’elles continuaient d’apparaître tout au long de la saison en raison des conditions d’humidité.

Serre à la Ferme Rideau Pines. Mention de source : J. Paillat (CCH)

Serre à la Ferme Rideau Pines. Mention de source : J. Paillat (CCH)

 

Cultures de baies à la Ferme Rideau Pines. Mention de source : J. Paillat (CCH)

Cultures de baies à la Ferme Rideau Pines. Mention de source : J. Paillat (CCH)

 

John Vandenburg, fondateur de la Ferme Rideau Pines, tient dans ses mains des oignons espagnols. Mention de source : J. Paillat (CCH)

John Vandenburg, fondateur de la Ferme Rideau Pines, tient dans ses mains des oignons espagnols. Mention de source : J. Paillat (CCH)