95e assemblée générale annuelle du CCH

95th AGM crowd
Délégués à l’assemblée générale annuelle 2017 du CCH. Photo : CCH

Le paysage horticole canadien : des coûts à perte de vue

Article reproduit avec l’autorisation de The Grower

KAREN DAVIDSON

Winnipeg (Manitoba) – Le thème de l’« accumulation des coûts » a dominé la dernière assemblée générale annuelle du Conseil canadien de l’horticulture (CCH), tenue du 14 au 16 mars. Pris dans leur ensemble, les coûts que doivent maintenant assumer les producteurs menacent la compétitivité à l’échelle mondiale. Et la taxe sur le carbone arrive en tête de liste.

Peter Cummings, président de la BC Greenhouse Growers’ Association, a indiqué lors de la réunion du Comité de la serriculture : « J’ai mes opinions sur les changements climatiques et je doute que des mesures politiques produisent les résultats auxquels s’attendent les politiciens… Si les concessions ne sont pas respectées, le résultat sera catastrophique pour notre industrie et nuira à notre économie… Nous devons trouver un moyen inoffensif d’attirer l’attention du public sur cette question. En tant qu’industrie, si nous n’arrivons pas à discuter de cette question avec le public, alors nous courons à notre perte. »

Les coûts de production

Les politiques actuelles sur la tarification du carbone varient entre les provinces canadiennes et entre les partenaires commerciaux mondiaux, relativement aux délais de mise en place, aux rabais offerts et aux options du programme. Les gouvernements provinciaux ont jusqu’en 2018 pour adopter l’un de deux systèmes de tarification, faute de quoi le prix plancher fixé par le gouvernement fédéral pour les émissions de carbone (10 $ par tonne, montant qui augmentera de 10 $ par tonne chaque année pour atteindre 50 $ par tonne en 2022) sera imposé. De nombreuses anecdotes relatent une hausse astronomique des factures d’électricité, qui peuvent atteindre des dizaines de milliers de dollars, parfois pour une seule exploitation agricole.

Le conseil d’administration du CCH a présenté une résolution stipulant, entre autres, ce qui suit : « Le gouvernement canadien, qui considère déjà l’industrie horticole comme un moteur économique, doit reconnaître le rôle soutenu et les contributions des producteurs horticoles à l’égard de la réduction de l’incidence des changements climatiques et de la production alimentaire, deux priorités qui se recoupent. Nous nous opposons à la tarification du carbone sans plan formel indiquant comment les fonds recueillis résoudront les problèmes des producteurs en atténuant les changements climatiques et favorisant l’adaptation à ces changements. Le Conseil canadien de l’horticulture pressera le gouvernement fédéral de continuer de guider la mise en œuvre des politiques sur la tarification du carbone. »

Pour traiter de ces nouvelles politiques fédérales de façon plus formelle, les membres du CCH ont adopté une résolution visant à établir un groupe de travail sur l’énergie et l’environnement.

D’autres coûts grugent la rentabilité, dont la récente hausse de 10 % du prix du carton ondulé, les augmentations annuelles du salaire minimum, une initiative de recouvrement des coûts de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, et les montants de l’ordre de 6 % du revenu à la ferme déduits par les magasins d’alimentation à des fins de marketing.

En outre, les producteurs se sont tournés vers les détaillants avec deux résolutions. L’une de celles-ci exige que les détaillants canadiens reconnaissent le programme CanadaGAP, ou son équivalent, et adoptent un code de pratiques pour l’ensemble des détaillants afin d’éviter toute autre exploitation abusive de la position dominante sur le marché détenue par une très forte concentration de détaillants. La BC Fruit Growers’ Association, auteure de la résolution, a expliqué que Costco et Walmart ajoutent de nouvelles exigences précises qui ne sont pas fondées sur la science ni sur des données probantes, telles que des analyses de l’eau fournie par des réseaux municipaux contrôlés. La deuxième résolution, présentée par la BC Greenhouse Growers’ Association, préconise également la création d’un code de pratiques pour l’ensemble des détaillants.

Les coûts liés à la perte de l’accès à certains pesticides

Une autre question qui préoccupe grandement les producteurs est la réévaluation, par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), de plusieurs pesticides utilisés dans 43 cultures horticoles. La proposition actuelle vise à mettre fin à toute utilisation de l’ingrédient actif (imidaclopride) en agriculture. Si ce produit à base de néonicotinoïdes est retiré, l’industrie de la pomme de terre en particulier aura beaucoup de difficulté à contrôler le doryphore de la pomme de terre et d’autres insectes.

Un calendrier actualisé des échéanciers de réévaluation a été présenté par Margherita Conti, directrice générale, Direction de l’évaluation de la valeur et de la gestion des réévaluations, ARLA.

« Jusqu’à présent, les consultations publiques ont suscité 31 000 commentaires, et nous nous attendons à ce que ce nombre augmente considérablement, a indiqué Mme Conti en faisant référence à la période de commentaire prolongée jusqu’au 23 mars. Des données supplémentaires concernant la toxicité en milieu aquatique sont attendues du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario. »

Les décisions concernant l’imidaclopride ainsi que la clothianidine et le thiaméthoxame sont attendues vers la fin de novembre 2017. Les prochaines étapes pourraient comprendre la modification des habitudes d’utilisation – soit l’application dans la raie de semis et le traitement des plantons de pomme de terre – selon les nouvelles données environnementales et les travaux scientifiques convaincants, le cas échéant.

Bayer CropScience, le fabricant d’Admire (imidaclopride), s’emploie activement à fournir plus de données scientifiques sur l’insecticide à large spectre. Luc Bourgeois, gestionnaire des enjeux, a indiqué : « Aucun incident en lien avec l’imidaclopride n’a été signalé en 20 ans d’utilisation du produit. Comme pour tout produit, nous devons réduire au minimum le risque. Et le risque correspond à la toxicité et à l’exposition. »

Dans sa présentation, M. Bourgeois a expliqué que la proposition de l’ARLA visant à mettre fin à l’utilisation de l’imidaclopride se fonde seulement sur des études en laboratoire et sur les effets chimiques du produit sur les invertébrés aquatiques.

« Il est intéressant de noter qu’une émergence importante de l’éphémère commune a été signalée dans les vallées fluviales des rivières Rouge et Assiniboine en 2016 », a souligné M. Bourgeois. Si les résidus d’imidaclopride posaient problème, ces insectes auraient été tués. Or, cela n’a pas été le cas.

« La proposition de l’ARLA se fonde sur 604 échantillons prélevés dans 14 sites, soit principalement dans trois bassins hydrographiques de l’Ontario. Avec la technologie d’aujourd’hui, il est possible de détecter d’infimes concentrations de pesticides, mais celles-ci se situent en deçà de ce qui pourrait constituer un risque pour l’éphémère commune. »

Bourgeois a conclu qu’il y aurait lieu d’évaluer des mesures d’atténuation des risques et d’intendance avant de recourir à une interdiction totale. En outre, il s’interroge sur la validité des nouveaux seuils dans l’eau qui se fondent sur des données de laboratoire seulement. Il ne connaît aucune preuve démontrant des effets néfastes sur les invertébrés aquatiques. Les données de Bayer CropScience démontrent une réduction des concentrations d’imidaclopride dans des échantillons d’eau prélevés en 2015 et en 2016, malgré une augmentation de l’utilisation du produit.

Charles Stevens, président du Comité de protection des cultures et de l’environnement, a collaboré à la rédaction d’une résolution visant à ce que le CCH exerce des pressions sur Santé Canada et l’ARLA afin qu’ils maintiennent leur engagement de ne pas annuler l’homologation des produits phytosanitaires lorsqu’il n’existe aucun produit de rechange considéré efficace par l’industrie de l’horticulture. Le Comité propose également d’inviter des membres du personnel de l’ARLA à visiter des exploitations agricoles chaque année.

Le coût du maintien de la confiance du public

Jusqu’à présent, le secteur des fruits et des légumes du Canada n’a pas subi les crises de confiance du public qu’ont connues d’autres secteurs, notamment avec l’influenza aviaire chez les volailles, la maladie de la vache folle (ESB) chez les bovins et les produits de porc contaminés par la bactérie Listeria. Toutefois, les producteurs prennent conscience de la nécessité de raconter comment les fruits et les légumes arrivent jusque dans l’assiette des consommateurs dans un Canada de plus en plus urbain.

Le conférencier Marty Seymour, directeur principal, Relations avec l’industrie et les intervenants, Financement agricole Canada, a notamment souligné cette occasion. En citant les résultats de récents sondages menés par Soin de ferme et alimentation Canada, il a indiqué que l’opinion du public est tranchée : environ 50 % des consommateurs disent ne pas être certains que le système alimentaire progresse dans la bonne direction.

« Voilà une occasion de parler des aliments, pas de la production, a dit M. Seymour. Renforcez la confiance en vous fondant sur des valeurs communes; les consommateurs sont moins interpellés par les faits scientifiques. Ne tracez pas des lignes dans le sable, mais établissez plutôt des voies de communication. »

Sur ce point, les membres du Comité de la main-d’œuvre du CCH, présidé par Murray Porteous, cherchent à raconter l’histoire du Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS). La majorité des Canadiens, y compris les politiciens, doivent savoir que le PTAS est un programme qui donne la priorité aux travailleurs canadiens, mais que très peu de Canadiens présentent des demandes d’emploi pour travailler dans des vergers, des champs et des serres de légumes, souvent situés en région rurale. Dans le cadre du PTAS, le Canada a signé des ententes avec le Mexique et des pays des Caraïbes pour faciliter l’apport d’une main-d’œuvre fiable. En retour, ces travailleurs gagnent un salaire correspondant aux normes de rémunération canadiennes, qui est plus élevé que celui qu’ils recevraient dans leurs pays d’origine. Les avantages qu’en tirent leurs familles sont rarement rendus publics dans leur propre langue, comme la possibilité d’offrir une éducation à leurs enfants ou de démarrer une petite entreprise. Alors qu’ils sont au Canada, ces travailleurs stimulent l’économie de leur collectivité locale. Ces messages importants seront communiqués de façon plus proactive à l’avenir.

Avant de quitter Winnipeg pour rentrer à la maison, les producteurs ont eu droit à quelques mots d’encouragement de la part de Marty Seymour.

« L’agriculture est un secteur de grande envergure, qui compte pour 6,6 % du PIB canadien. Le plus grand projet au Canada consiste à semer tous les printemps. »